𝐃𝐢𝐬𝐬é𝐦𝐢𝐧𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐝𝐮 𝐑𝐚𝐩𝐩𝐨𝐫𝐭 𝐈𝐓𝐈𝐄𝟐𝟎𝟐𝟏 : 𝐥𝐞𝐬 𝐟𝐞𝐦𝐦𝐞𝐬 𝐝𝐮 𝐂𝐞𝐧𝐭𝐫𝐞-𝐎𝐮𝐞𝐬𝐭 𝐩𝐥𝐚𝐢𝐝𝐞𝐧𝐭 𝐩𝐨𝐮𝐫 𝐝𝐞𝐬 é𝐜𝐡𝐚𝐧𝐠𝐞𝐬 𝐫é𝐠𝐮𝐥𝐢𝐞𝐫𝐬
Le comité de pilotage de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives au Burkina Faso, (ITIE-BF), après la simplification de son rapport ITIE 2021 sur le secteur extractif national procède à sa dissémination auprès des populations, à travers entre autres, des ateliers et des conférences publiques.
En effet, le jeudi 14 décembre dernier, à Koudougou, la cité du cavalier rouge, une centaine de femmes, issues des communes de Réo, Koudougou, Kyon, Sapuy, Boura et Léo a pris part à une conférence publique. Le comité de pilotage a justifié l’organisation de cette activité par sa volonté d’intéresser davantage les femmes aux activités du secteur minier afin qu’elles puissent prendre une part active au débat sur la gouvernance des ressources minières.
L’ouverture de la conférence a été présidée par le chef de cabinet du Gouverneur de la Région du Centre Ouest, Zana SAMBA. Dans son allocation, il a réitéré l’engagement des autorités de la région à encourager les initiatives visant l’autonomisation des femmes.
La représentante des femmes, par ailleurs coordonnatrice des organisations féminines du centre-ouest, Eugénie OUEDRAOGO/GANSORE a salué l’initiative du Comité de pilotage d’impliquer les femmes à cette activité, eu égard à leur rôle primordial dans l’économie du pays. Selon elle, il est important de permettre aux femmes d’avoir des connaissances sur le secteur minier et son fonctionnement afin, non seulement, d’en tirer meilleur profit à travers la fourniture des biens et service mais également de saisir les opportunités de réaliser des activités génératrices de revenus.
Pour ce faire, les participantes ont prêté une oreille attentive aux communications sur le rapport ITIE 2021 et surtout celle sur la thématique relative au genre dans la mise en œuvre de l’ITIE au Burkina Faso. Les communications ont été suivies d’échanges et de débats sur la participation des femmes pour une meilleure gouvernance du secteur minier.
Elles ont saisi l’occasion de cette conférence pour plaider pour un recrutement plus significatif des femmes dans le secteur ; car selon le rapport ITIE 2021, les femmes représentent moins de 10% des travailleurs du secteur extractif burkinabè. Elles ont également émis le vœu qu’une partie des 45 milliards, versés aux collectivités au titre du fonds minier de développement local, soit dédiée au financement des activités génératrices de revenus au profit des femmes et des jeunes.
Aussi, elles ont interpellé les autorités sur les dangers de l’orpaillage dont les méfaits sur l’environnement ne sont plus à démontrer. Ces différentes préoccupations ont fait l’objet d’échanges entre la délégation du comité de pilotage et les femmes du centre-ouest. Elles ont souhaité la tenue régulière de cette activité d’information et de débat sur l’avenir du secteur minier burkinabè.

Ajouter Un Commentaire

81  ⁄  27  =